Chargement en cours

DUTTLENHEIM : une participation qui inquiète...

Retour
title-1607704567.jpg
sam. 12 décembre 2020

Covid-19 ou pas, les besoins en dons du sang restent vitaux. Pourtant, lors de la dernière collecte à Duttlenheim, l’Amicale des Donneurs de Sang locale a enregistré sa plus mauvaise fréquentation depuis 7 ans.

« C’est une période très compliquée, entre confinement, déconfinement, fermeture et ouverture des commerces, on est un peu dans le flou. En novembre, on a connu une grosse fréquentation, on verra comment ça se présente en cette fin d’année ». Aux environs de 18 h, Sophie Reuter, Docteur, et responsable des collectes dans le Bas-Rhin, naviguait à vue aux côtés de toute l’équipe mobilisée pour cette dernière collecte de l’année.

Un peu plus tard, Christophe Houth, président de l’Amicale des Donneurs de Sang, dressait le bilan. « On compte 64 donneurs ce soir (on en attendait 85), c’est notre plus mauvais chiffre depuis la création de l’Amicale. Je ne m’explique pas trop ce recul, le confinement, la période de Noel, la météo, n’y sont peut-être pas étrangers ». Infirmier dans un Laboratoire d’analyses, Christophe Houth sait mieux que quiconque, qu’il y a toujours des besoins en sang, plus encore dans cette période de pandémie. Sophie Reuter confirme : « Les besoins des hôpitaux n’ont pas faibli, il n’y a pas eu de reports d’opérations comme lors du 1er confinement. Tout au long de l’année, on table aussi sur la régularité des donneurs, elle permet de garder des réserves assez élevées ».

« La mise en place prend plus de temps, on doit rester vigilant sur les distanciations »

Le contexte de ces collectes est aussi particulier en cette période morose, l’équipe médicale, les bénévoles et les donneurs étant soumis à un « régime » spécial. « La mise en place prend plus de temps, on doit rester vigilant sur les distanciations, sur le respect du port du masque notamment, le mérite de chacun est d’autant plus à soulever », rajoute Sophie Reuter.

Les bénévoles de l’Amicale, eux, faisaient grise mine. Habitués à servir les collations qu’ils se faisaient un plaisir de concocter, (des plateaux-repas amenés par l’EFS remplaçaient les traditionnelles préparations des bénévoles), ils en étaient réduits à la simple « discute ». « C’est un peu frustrant, on avait l’habitude d’assurer l’intendance, de servir les donneurs, là on a l’impression de servir à rien » confient en chœur Jeanine et Isabelle.

La roue finira bien par tourner mais quoi qu’il arrive, les collectes vont se poursuivre, Covid ou pas. La prochaine, à Duttlenheim est prévue en février prochain mais d’ici-là, l’assemblée générale de l’Amicale aura peut-être apporté des changements au sein du Comité, le président envisageant de passer la main. Un appel est par ailleurs lancé aux bénévoles souhaitant renforcer l’effectif.

Contact : 06 61 36 85 80 (Chris Houth).

Source DNA

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation notamment l’utilisation de cookies afin d'améliorer la qualité de vos visites et réaliser des statistiques.
Mentions légales / Politique de confidentialitéX