Chargement en cours

EUROTANDEM A SCHILTIGHEIM : Promouvoir le don de sang

Retour
arrivee-des-tandems-a-la-mairie-de-schiltigheim-pour-cette-28-e-edition-de-l-eurotandem-ils-sont-notamment-passes-par-les-cols-de-l-alp.jpg
sam. 4 mai 2019

Trente étudiants de l’IMT de Lille-Douai (Ecole des Mines Télécom) ont fait récemment étape à Schiltigheim lors de l’Eurotandem. Une sorte de « tour de France » pour sensibiliser le public au don du sang.

Pas de maillot jaune pour ce « tour de France », mais des étudiants motivés qui veulent promouvoir le don du sang de façon originale. L’Eurotandem, 28 éditions au compteur, ne s’essouffle pas : partis de Douai, les jeunes ont fait étape dans des villes comme Rennes, Toulouse, ou Montpellier. Pour leur « grande boucle » en 18 étapes, ils font environ 5 000 km, dont 2 500 km en… tandem. À chaque étape, ils récoltent de promesses de dons de sang - les donneurs potentiels seront ensuite recontactés par l’EFS (Établissement français du sang).

« C’est un défi sportif. Tous les jours, chacun fait un ou deux relais d’environ 30 km, avec parfois des cols, tels que l’Alpe d’Huez, le Grand Ballon, etc. C’est aussi un défi humanitaire. Chaque après-midi, on démarche des gens dans la rue et ils remplissent une promesse de don qu’on transmet à l’EFS. Et puis, on se rend compte qu’on a quand même une variété incroyable de paysage dans notre pays », explique Lucien Capdeville, étudiant en 2e année à l’IMT de Douai et membre de l’association Eurotandem.

Comme lui, Amandine Belland en est à son 2e « tour » : « Les 15 participants de première année profitent et les 15 de deuxième année s’occupent de l’organisation. Cela nécessite environ un an de préparation. On contacte des associations de promotion du don dans chaque ville étape pour pouvoir être accueillis le soir. La journée, on s’organise nous-même. On a un pôle mécanique pour les tandems, un pôle nourriture pour le midi, un pour les trajets. » En plus des quatre tandems, plusieurs véhicules, où se trouvent une partie des relayeurs, suivent le petit peloton.

 

1 500 promesses de dons récoltées

Cette année, les 30 étudiants ont récolté environ 1 500 promesses de dons. Un bon cru. À Schiltigheim, les bénévoles étaient ravis de les accueillir. « C’est important. Ils se donnent du mal pour le don de sang », confie Christian Ost, président de l’Union des amicales de donneurs de sang bénévoles du Bas-Rhin.

Pour Maurice Schwartz, ancien président du comité, et Jean-Luc Wagner, président de l’Association pour le don de sang bénévole de Schiltigheim, « on a toujours besoin de promouvoir le don, notamment auprès des jeunes. Le travail n’est jamais terminé. » Pour donner son sang, il faut être majeur et en bonne santé.

Les 2e années passent désormais le relais à leurs camarades. « On s’est vraiment amusé tout en faisant quelque chose de sportif et d’humanitaire. L’an prochain, on ne sera plus de la partie. Mais, peut-être qu’on prévoira un événement spécial avec les anciens pour la 30e édition », concluent Allan Fontaine, président d’Eurotandem, et Thomas Lecuru, vice-président.

À Schiltigheim, il y a eu une hausse de 4,6 % des dons lors des huit collectes organisées en 2018. La prochaine collecte schilikoise aura lieu le 12 juin à l’école Paul Bert.