Actualités

Un geste citoyen indispensableModifierSupprimer

title-1672951366.jpg
ven. 6 janvier 2023
L’Établissement français du sang Grand Est organisait une grande collecte de don de sang à l’Hôtel de ville de Strasbourg le 30 décembre. Une centaine de donneurs étaient au rendez-vous pour cette action de solidarité de fin d’année.

Alors que les réserves de sang sont au plus bas à l’échelle nationale, l’EFS Grand Est se mobilisait pour la dernière collecte mobile de l’année dans la capitale européenne. Organisée en partenariat avec la Ville de Strasbourg, cette opération a pu se réaliser dans un lieu prestigieux : les salons de l’Hôtel de ville ! Oriane Kopp, chargée de communication et de développement dans le Bas-Rhin explique : « Les stocks sont critiques, moins de 80 000 poches de sang sont actuellement disponibles alors qu’il en faudrait au moins 100 000 ! Toutes les personnes éligibles sont donc appelées à se mobiliser. »

De grands besoins toute l’année

Le parcours du donneur dure environ une heure et s’effectue en quatre étapes. Après un temps d’accueil lors duquel les participants remplissent un questionnaire, un entretien est organisé avec un médecin pour vérifier que le patient est éligible.

Troisième étape, le prélèvement, pendant une dizaine de minutes, et enfin la collation, pour reprendre des forces avant de repartir.

 

Pierre, 23 ans, donne son sang régulièrement : « Je suis souvent informé que les réserves ne sont pas assez remplies. C’est un acte important, pas contraignant et on a de bons plateaux-repas à la fin. »

Les professionnels rappellent que la mobilisation des citoyens est indispensable tout au long de l’année, dans la mesure où les produits sanguins périssent et que les besoins sont très grands. La Maison du don de Strasbourg proposera une part de galette des rois du 3 au 7 janvier pour tous les donneurs du début d’année.

 
 

Sang et plasma : donner envie de donnerModifierSupprimer

title-1672413950.jpg
mar. 3 janvier 2023

L’établissement français du sang a lancé des alertes sur tous ses réseaux. Les stocks de poches de produits sanguins sont au plus bas. À la Maison du don, au Hasenrain à Mulhouse, l’équipe accueille chaleureusement les donneurs et cherche à les fidéliser.

 

Entre les SMS, les mails ou même les appels téléphoniques, les donneurs habituels n’ont pas pu passer à côté de l’information : « EFS : urgence sang, il manque plus de 1 500 dons de sang par jour en France pour pouvoir soigner les patients. »

Ce jeudi, à la Maison du don de Mulhouse, au Hasenrain , Elvire De Pin, médecin qui reçoit tous les candidats au don, doit faire avec une fréquentation « en dents de scie. Aujourd’hui, ça marche bien mais hier, c’était creux. » Depuis deux ans, l’EFS a vu une baisse du nombre de donneurs. « C’est lié au covid mais, cette année, nous avons aussi des épidémies de bronchiolite et de grippe. La crise sociale a aussi des effets sur les dons. Les gens sont préoccupés par d’autres choses. » Et pour couronner le tout, le verglas a également obligé à annuler des jours de collecte.

 

« Chouchouter » les donneurs

Au niveau national, l’établissement français du sang a aujourd’hui moins de dix jours de stock. « En 2021, il y en avait plus de onze. Un jour de stock de poches, c’est énorme. » Effectivement, lorsque les stocks sont insuffisants, les services qui organisent la distribution des poches doivent parfois faire des choix pour savoir à qui donner en priorité.

 

À Mulhouse, l’objectif est de 90 dons de sang et de 140 dons de plasma par semaine. Ce dernier étant de plus en plus utilisé dans de nouvelles thérapies. Cet effort sur les dons de plasma répond aussi à une volonté de la France d’aller vers une autosuffisance. Malgré leurs efforts, les représentants locaux de l’EFS n’arrivent pas à atteindre leurs objectifs depuis plusieurs mois. « Nous avons en projet d’élargir les plages horaires pour pouvoir accueillir plus de donneurs. »

 

Et pour les fidéliser, tous les membres de l’équipe de la Maison du don n’hésitent pas à « chouchouter » ceux qui viennent donner leur sang ou leur plasma. « Quand ils arrivent, je leur explique comment se déroule le don et je fais leur dossier », précise Sofia, la secrétaire, avant de leur proposer une boisson. « On ne veut pas les voir partir en courant. On prend soin de la personne. Un donneur, ce n’est pas une étiquette. »

Lorsque le questionnaire est rempli, un entretien avec le médecin est ensuite nécessaire avant d’être dirigé vers la salle où sont réalisés les dons. Là, deux infirmières sont à l’œuvre pour installer les donneurs sur les six postes de don de plasma et les deux fauteuils réservés au don de sang. « Toutes les 1 h 15, nous avons de nouveaux donneurs de plasma à mettre en place », explique Stéphanie, l’une des infirmières présentes jeudi après-midi. C’est plus simple et plus rapide pour le don de sang. En 12 ans d’expérience à la maison du don, l’infirmière voit revenir ses « habitués » : « Ils connaissent nos vies. Des liens se créent. »

 

« C’est un moment sympa »

Mireille, 56 ans, vient tous les deux mois de Kingersheim pour donner son plasma. « J’ai une anémie qui est traitée mais pourrait réapparaître si je donne mon sang. Donner du plasma n’a pas de conséquence », explique-t-elle. « Je viens aussi parce que c’est un moment sympa. Et ça rend service à la communauté. »

Béatrice, 46 ans, donne son sang près de chez elle, à Bouxwiller, près de Ferrette. « Je viens à Mulhouse donner mon plasma quand je suis disponible. J’ai commencé à donner au lycée quand il y avait encore des collectes mobiles pour le plasma. Je donne tant qu’on peut utiliser de moi ce qui est bon », précise-t-elle en souriant.

 

Jean-Luc était en vacances en Suisse et s’est arrêté à la Maison du don en rentrant chez lui, près de Nancy. « Je donne depuis sept ans et demi. Entre le sang, les plaquettes et le plasma, j’ai déjà fait 140 dons au total. »

Après le don, il reste encore à aller dans la salle de collation. Pendant 20 minutes, une surveillance est assurée. « Un malaise peut arriver », explique Sylvie, agent de collation depuis neuf ans. Selon les heures, elle offre du salé ou du sucré avant de libérer les donneurs. En ces périodes de fêtes, l’EFS avait aussi prévu un petit cadeau : « C’est un emporte-pièce en forme de goutte de sang cette année. Une donneuse m’a dit qu’elle ferait des gâteaux en écrivant “donner votre sang” dessus. » Les donneurs sont aussi les meilleurs ambassadeurs du don…

 

LE DON DE SANG DANS LE ROUGE..ModifierSupprimer

7e95fa0a-7a4a-48df-90f7-c6e25d8350a1.jpg
jeu. 22 décembre 2022

L'Établissement français du sang est confronté à une inflation galopante, à une nécessaire revalorisation salariale de son personnel ainsi qu'à une baisse des ventes de produits sanguins qui pourraient lui coûter 90 millions d'euros en 2023. À l'approche des fêtes de fin d'année, l'Établissement français du sang (EFS) lance un appel aux dons. Seulement 80 000 poches de sang sont disponibles au moment où 1OO OOO seraient nécessaires pour répondre aux besoins immédiats des malades. Mais le manque de mobilisation des donneurs n'est pas le seul facteur à peser sur le nombre de poches de sang disponibles. Il manquerait en effet 90 millions d'euros à l'EFS pour assurer sa pérennité et celle des collectes qui permettent tous les jours de sauver des vies. 

Hémorragie de personnels : Jacques Allegra, président de la Fédération française pour le don de sang bénévole (FFDSB), estime que l'EFS « est confronté à une pénurie de personnel et à une impossibilité de recruter en raison d'un manque total d'attractivité parce que les salaires n'ont pas été réajustés sur l'inflation ». Cathy Bliem, directrice générale de la chaîne transfusionnelle des thérapies et du développement à l'EFS, rappelle que les salariés de l'EFS n'ont pas bénéficié des revalorisations prévues pour d'autres professions de santé par le Ségur 1 et le Ségur 2. « Donc on a dû demander à nos tutelles (le ministère de la Santé) une ligne budgétaire pour revaloriser nos salaires, sinon tout le monde allait partir », pointe-t-elle. Une enveloppe estimée à 30 millions d'euros, qui semble essentielle : l'EFS manque aujourd'hui de trois cents équivalents temps-plein, dont deux cents sur les collectes. En 2022, 2174 collectes ont été supprimées dans l'Hexagone en raison d'un manque de personnel, ce qui correspond à plus de 100 000 poches de sang. « L EFS n'arrive plus à accomplir sa mission de service public », alerte Jacques Allegra.

Le don de sang touché par l'inflation : Poches de sang, seringues et même les gâteaux offerts en collation : « tous les fournisseurs renégocient les prix à la hausse », fait remarquer Jacques Allegra, qui pointe que le don de sang n'échappe pas à l'inflation. Sans oublier l'augmentation du prix de l'énergie : « Dans nos maisons de dons, on est obligé d'avoir une température d'au moins 19 °C. Sinon, les veines se rétractent et c'est compliqué de prélever », précise-t-il. « On s'attend à une facture en augmentation de 30 millions d'euros à cause de l'inflation en 2023 », abonde Cathy Bliem. L'EFS entrevoit également une chute de 30 millions d'euros de son chiffre d'affaires l'année prochaine en raison d'une diminution de la vente de produits sanguins. « On a appris aussi, durant ces deux années, à mieux gérer le capital sanguin et cela amène à une baisse des besoins des hôpitaux en produits sanguins », remarque Cathy Bliem. « Or, c'est la vente de nos produits qui permet de financer notre activité. » La FFDSB déplore également la faible revalorisation du prix du sang et du plasma pour l'année à venir. Le conseil d'administration de l'EFS, le 16 décembre, n'a pas permis d'aboutir à un budget pour 2O23. Cathy Bliem ne désespère toutefois pas qu'un accord soit trouvé dans les prochains jours. Cette situation est d'autant plus inquiétante que les vacances de Noël font partie de ces périodes durant lesquelles les dons de sang ont tendance à baisser. Cathy Bliem appelle ainsi « tous les Français qui ont un peu de temps et qui ne sont pas malades » à aller donner, pour permettre aux stocks de l'EFS de se reconstituer.

Les adresses des lieux de collectes ouverts pendant les vacances sont disponibles sur le site https://dondesang.efs.sante.fr/

Jean RIEHLING, Vice-Président Fondateur de notre UD vient de nous quitter.ModifierSupprimer

jean riehling.gif
lun. 19 décembre 2022

Bientôt à SCHILTIGHEIM : EUROTANDEM 2023ModifierSupprimer

317573905_512195120950494_6277920424554243950_n.jpg
dim. 18 décembre 2022

L'édition 2023 du projet EUROTANDEM se prépare !

Ce sera le 27 ou 28 avril 2023 (la date précise sera confirmée ultérieurement) qu'ils feront à nouveau leur entrée à Schiltigheim à l'invitation de l'équipe de Jean-Luc WAGNER Président de l'amicale locale.

L'objectif d'EUROTANDEM reste toujours le même : faire la promotion et récolter des promesses de dons de sang en faveur de l'EFS.

 

L'UD 67 soutiendra sans réserve cette manifestation !

Don du sang : « situation inquiétante » avec des réserves qui « chutent dangereusement »ModifierSupprimer

title-1671131207.jpg
dim. 18 décembre 2022

Moins de 80 000 poches de sang sont actuellement disponibles, alors que 100 000 sont nécessaires pour répondre aux besoins immédiats des patients et anticiper le début d'année.

 

« La situation est particulièrement inquiétante », alerte dans un communiqué jeudi l'Etablissement français du sang (EFS). Les collectes de sang connaissent « depuis trois semaines une forte baisse de la fréquentation », en raison notamment des virus hivernaux actuellement en circulation. Sauf qu'aujourd'hui, moins de 80 000 poches de sang sont disponibles. Or, il en faudrait plus de 100 000 pour répondre aux besoins immédiats des patients.

 

« Si la situation ne s'améliore pas à très court terme, l'EFS pourrait être en difficulté pour fournir les produits sanguins aux établissements de santé », s'inquiète l'EFS dans son communiqué. 10 000 dons sont nécessaires chaque jour pour soigner les patients, pour lesquels les transfusions sanguines sont indispensables pour être soignés..

La mobilisation de la population nécessaire

L'EFS appelle donc à « un sursaut de la population, indispensable pour poursuivre la prise en charge des patients ». Des collectes de sang seront organisés entre Noël et le jour de l'an. « Il faut s'y rendre ! Nous lançons un nouvel appel à toutes et tous pour répondre aux besoins immédiats, mais aussi pour anticiper le début d'année, qui s'annonce complexe », alerte François Toujas, le président de l'EFS dans le communiqué


 

Quels sont les critères à respecter pour pouvoir donner son sang ?

  • Avoir entre 18 ans et 70 ans révolus.
  • Peser plus de 50 kilos.
  • Ne pas avoir fait de tatouage ou de piercing il y a moins de quatre mois.
  • Ne pas avoir eu d'infection ou de la fièvre (plus de 38°) au cours des deux dernières semaines.
  • Ne pas avoir eu des relations sexuelles avec des partenaires différents au cours des quatre derniers mois.
  • Ne pas avoir reçu de soin ou d'opération dentaire récente.
  • Il existe également des contre-indications aux voyages. Pour savoir si le pays que vous avez visité restreint votre possibilité de donner votre sang, vous pouvez vous auto-évaluez sur le site de l'EFS.

 L'ensemble des lieux de don sont référencés sur le site de l'établissement français du sang. La prise de rendez-vous peut s'effectuer sur le site dondesang.efs.sante.fr ou sur l'appli Don de Sang.

 

MEILLEURS VOEUX A TOUS !ModifierSupprimer

voeux 2023A.gif
dim. 11 décembre 2022

COMMUNIQUE DE PRESSE FFDSB : La transfusion sanguine en dangerModifierSupprimer

FFDSB.jpg
ven. 9 décembre 2022

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Paris, le 09.12.2022

 

 

 

 

LA TRANSFUSION SANGUINE EN DANGER

LA FÉDÉRATION FRANÇAISE POUR LE DON DE SANG BÉNÉVOLE

LANCE UN APPEL AU SECOURS

 

 

La Fédération Française pour le Don de Sang Bénévole (FFDSB) et les 2 850 associations de donneurs de sang qui la composent lancent l’alerte.

L’Etablissement Français du Sang vient de lancer un appel au don pour la fin d’année, ceci afin de permettre d’augmenter les réserves de produits sanguins qui ne sont pas au niveau attendu. Cet appel s’inscrit à la veille du Conseil d’Administration qui se déroulera le 16 décembre, dans un contexte extrêmement difficile pour l’opérateur public de la transfusion, dont le budget est impossible à établir. La Fédération Française pour le Don de Sang Bénévole veut alerter l’ensemble de la population sur les menaces qui pèsent sur notre modèle transfusionnel.

 

Trois raisons majeures expliquent cette situation :

 

  1. Impossibilité d’ajuster les niveaux salariaux et de recruter le personnel indispensable à son fonctionnement

Depuis plus de 13 ans, les classifications du personnel n’ont plus été revues. Le personnel de l’Etablissement Français du Sang s’est vu refuser le bénéfice du Ségur de la santé. Si une enveloppe de 20 millions lui a été octroyée pour une compensation partielle du Ségur 1, rien n’a été fait pour compenser le Ségur 2. Du fait de son manque d’attractivité, 300 postes de travail ne sont pas pourvus, dont 200 pour la collecte et le turn-over est très important. Les conséquences de cette situation sont la suppression en 2022 de 2 174 collectes et l’annulation de rendez-vous de plasmaphérèse, ce qui représente plus de 100 000 poches de sang. Afin de mettre à niveau les rémunérations de son personnel, l’EFS a besoin de 30 millions d’euros.

 

  1. Compenser la hausse des prix et le choc d’inflation

Face à une inflation qui atteint 6,2 % en novembre, dont 19,1 % pour les énergies, l’ensemble des fournisseurs de l’EFS demandent une revalorisation de leur prix. Les négociations pour le renouvellement des contrats sont extrêmement difficiles. Ces hausses ne pourront pas être répercutées sur les tarifs de cession des produits sanguins labiles (PSL) qui sont fixés par arrêté gouvernemental. La seule revalorisation récente des PSL, de 3,3 %, a été utilisée pour compenser les revalorisations salariales du Ségur 1. Les coûts supplémentaires générés du fait du choc d’inflation seront de l’ordre de 30 millions d’euros.

  1. Baisse de cession des produits sanguins labiles (PSL)

Les difficultés de l’Hôpital (reports d’opérations chirurgicales notamment) et les recommandations de la Haute Autorité de santé ont entraîné une baisse de la demande de PSL de l’ordre de 5 %. Le manque à gagner est également de l’ordre de 30 millions d’euros.

 

Pour assurer sa pérennité, l’Etablissement Français du Sang a besoin de 90 millions d’euros. En l’absence de ces moyens, son modèle économique sera remis en cause et les conséquences seront multiples :

 

  • Fin de l’autosuffisance de notre pays en produits sanguins et risques mortifères pour un million de patients qui chaque année ont besoin de sang.
  • Chute de la collecte de plasma à destination du fractionnement et augmentation de la dépendance pour notre approvisionnement. Lors de la pandémie, nous avons pu constater les effets de l’absence de souveraineté et la dépendance vis à vis d’autres producteurs.
  • Le tarif de cession du plasma d’aphérèse en France sera de 120 euros après la revalorisation de 9 % au 1er janvier 2023. Il est de plus de 170 euros en Europe et de plus de 200 dollars aux Etats-Unis. Les coûts générés, si la France doit acheter du plasma à l’étranger, seront largement supérieurs aux 90 millions nécessaires.
  • L’EFS ne pourra plus financer les recherches en matière de thérapie innovante et le soutien à l’action internationale de la France en matière de santé.
  • Disparition de nombreuses associations, vecteurs d’intégration et créatrices de liens sociaux dans les territoires.

La FFDSB et ses 99 unions départementales ont alerté la représentation nationale sur les dangers de la disparition du modèle transfusionnel français. Sourd aux demandes de nos députés et sénateurs, le gouvernement n’a doté l’EFS que de 25 millions, dont 10 étaient déjà prévus pour compenser les effets de la suppression de la TVA sur les PSL.

 

Les 2 850 associations de la Fédération Française pour le don de sang Bénévole, regroupant 750 000 adhérents, lancent un appel à l’ensemble de citoyens :

 

<< Notre modèle du don de sang est en danger mortel. Si l’Etat ne lui octroie pas les moyens nécessaires à son fonctionnement, non seulement c’est notre système de santé, déjà très malade, qui s’en trouvera mis en péril, mais surtout, les patients verront la qualité de leurs soins fortement altérée. Il faut sauver le don de sang en France ! >>

 

 

Contacts

Siège FFDSB

01 48 78 93 51

siege@federation-dondesang.asso.fr

Jacques ALLEGRA - Président fédéral

06 36 71 32 57

jacques.allegra@dondesangbenevole.fr

INFOS DIVERSES RAPPELModifierSupprimer

LOGO CIGOGNE.PNG
mar. 6 décembre 2022

-Vous consultez tous les jours notre site Internet : rendez-vous sur la page accueil, à gauche, vous y trouverez les articles fournis par nos amicales, ou relevés dans la presse.

Ces articles sont consultables pendant un mois avant d'être supprimés.

Vous pouvez également proposer ces publications vous-mêmes en vous connectant sur la rubrique ACTUALITES MEMBRES et "Proposer un article". Celui-ci nous parviendra et sera validé après contrôle.

 

-La rubrique 236 FLASH INFOS a été nettoyée : les premiers numéros ont été archivés. Si vous désirez néanmoins les consulter, faites-nous un petit mail, nous les gardons en archive. (Pour recevoir la totalité des parutions, une clef USB est nécessaire)

Maurice HAMM, Président Honoraire de l'Amicale de Limersheim nous quitte...ModifierSupprimer

Capture.GIF
lun. 5 décembre 2022

C'est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès de notre Ami Maurice HAMM.

Monsieur HAMM, Membre Fondateur de l'association de Limersheim et Président de 1979 à 2001 était engagé sans retenue au service du don de sang.

Toujours souriant, toujours présent à nos congrès nous ne l'oublierons pas.

La Fédération Française pour le Don de Sang Bénévole lui a décerné la Croix de Chevalier du Mérite du Sang le 14 septembre 1988.

Nous le remercions pour son dévouement.

A sa famille nous présentons nos très sincères condoléances.

Bénévole au don de sang, une vocation ? (article DNA 17/11/2022)ModifierSupprimer

title-1668608301.jpg
jeu. 17 novembre 2022

Les membres de l'amicale des donneurs de sang de Wihr-au-Val, comme de nombreuses autres associations en Alsace, se mobilisent toute l'année pour « sauver des vies ». Rencontre.  

 

En 2021, 457 personnes ont donné leur sang à Wihr-au-Val. Ce chiffre est en constante augmentation. Donner son sang est un acte sécurisé et rapide, qui est important « simplement pour sauver des vies », comme nous l’a confié Chantal, bénévole depuis une quarantaine d’années au sein de l’amicale des donneurs de sang de Wihr-au-Val.

 

Comme Chantal, certains bénévoles s’engagent dans l’association des dons de sang après avoir vécu une expérience personnelle. C’est après l’accident de moto de son petit frère que Chantal s’est engagée en tant que bénévole pour cette cause. En effet, ce dernier a été sauvé grâce aux dons de sang. Elle a donc compris qu’il est primordial de donner son sang, car trouver des donneurs compatibles avec les malades est très compliqué, du fait que génétiquement il existe différents groupes sanguins.

 

Don mode d'emploi

 

Être éligible à la donation passe par le remplissage d’un « questionnaire de plus en plus strict ». De plus, il faut « être en bonne santé, être majeur et pesé au minimum 50 kg ». Une personne venant de se faire faire un piercing ne peut donner son sang. Il faut également faire attention aux zones fréquentées dans les dix jours avant la donation car certains pays peuvent présenter des risques sanitaires. Des maladies pourraient être transmises par voie sanguine.

Les dons de sang de Wihr-au-Val ont lieu à la salle des fêtes. D’après la bénévole, les conditions mises en place dans ce lieu permettent de donner son sang en toute sécurité. Les dangers sont donc peu nombreux et permettent d'assurer la sécurité des personnes qui vont être transfusées avec ce sang, mais également des donneurs.

Après avoir donné son sang, différentes collations sont mises à disposition par les bénévoles afin de reprendre des forces et d’éviter les malaises. Des soupes, knacks et éclairs au chocolat rendent ce moment plus convivial. Le village de Wihr-au-Val n’étant pas très grand, les habitués ont plaisir à se retrouver après avoir accompli une bonne action. Comme nous l’a confessé Chantal, auparavant, des boissons alcoolisées tel que des vins de la région étaient distribués. Bien évidemment et pour le malheur de certains donneurs ce n’est plus cas aujourd’hui.

 

SANGS RARES suite : la main tendue aux étudiants du Sud AlsaceModifierSupprimer

title-1668537154.jpg
mer. 16 novembre 2022

Pour ses deux premiers jours de sensibilisation aux donneurs d’un groupe de sang rare ou phénotype d’intérêt, l’Établissement français du sang du Haut-Rhin (EFS) a choisi le lieu symbolique de l’université de Haute-Alsace, où la collecte semestrielle a repris son cours

 

Premiers donneurs potentiels, les étudiants sont plutôt intéressants pour l’Établissement français du sang. Ils le deviennent à double titre lorsque l’EFS recherche, comme durant cette semaine du 14 au 20 novembre, des groupes de sangs rares ou phénotypes d’intérêt, car les campus comptent de nombreux étudiants venus de l’étranger le temps de se former. Ils sont susceptibles d’avoir un sang très recherché pour la transfusion, même si tout le monde peut en être porteur.

 

Toucher les étudiants afro-antillais

 

Les sangs rares sont ceux pour lesquels il existe un déséquilibre entre le nombre de donneurs et les besoins des malades. C’est le cas par exemple pour les enfants atteints de drépanocytose, maladie qui touche les personnes d’origine africaine et antillaise, qui ont besoin de transfusions toute leur vie, avec des poches les plus compatibles possibles. En France, les groupes sanguins A, B, O et le groupe Rhésus (+ ou -) sont les plus connus. Dans la réalité, leur diversité est beaucoup plus importante en tenant compte des phénotypes, cette succession de lettres et de chiffres qui suivent sur la carte de groupe sanguin et constituent l’ensemble des antigènes d’un type de sang, un peu comme une plaque d’immatriculation.

« Les phénotypes sont différemment représentés selon l’origine des populations », explique le Dr Christophe Forny, médecin responsable des prélèvements de l’EFS pour le Haut-Rhin. C’est lui qui assure cette sensibilisation lors de la deuxième collecte de l’année qui se tient ce mardi et ce mercredi à la Maison de l’étudiant à Mulhouse. Il espère particulièrement toucher les populations d’origine afro-antillaise, étudiants et membres du personnel, car l’EFS a besoin de donneurs de sang de toutes origines.

Plus généralement, le Dr Forny rappelle que les besoins en dons du sang sont les mêmes qu’avant la période Covid, alors qu’une partie des donneurs n’est plus présente lors des collectes. « Il y a une sorte de trou d’air mais les stocks, eux, sont tout le temps en tension.  »

Y ALLER La collecte de sang se poursuit ce mercredi 16 novembre pour les étudiants de l’UHA, de 11 h 30 à 15 h, avec une sensibilisation pour les sangs rares. Rendez-vous également pour le grand public à Sausheim, salle de gymnastique, de 16 h à 19 h 30. Et jeudi 17 novembre dernière collecte de l’année à Mulhouse, complexe du Nordfeld, de 13 h 30 à 19 h.

 

SANGS RARES : l'EFS a besoin de donneurs de toutes originesModifierSupprimer

sangs-rares-l-efs-a-besoin-de-donneurs-de-toutes-origines-1668441117.jpg
lun. 14 novembre 2022

L'Établissement français du sang (EFS) lance ce lundi la semaine de sensibilisation aux sangs rares, très recherchés pour la transfusion. Les personnes d'origine africaine ou caribéenne sont plus susceptibles d'être concernées.

 

Si la plupart d’entre nous sommes familiers des groupes sanguins A, B, O et du Rhésus + et -, leur diversité est en réalité nettement plus importante. Une variété qui engendre de véritables défis transfusionnels pour l'Établissement français du sang (EFS), lorsqu'il s'agit de soigner des malades porteurs d’un groupe sanguin peu fréquent. C'est pourquoi l'EFS lance ce lundi la deuxième édition de sa semaine de sensibilisation aux sangs rares.

 

 Il s'agit de groupes sanguins dont la fréquence dans la population est suffisamment faible pour créer un déséquilibre entre le nombre de donneurs et les besoins des malades.

 

Tout le monde peut en être porteur. Toutefois, en France métropolitaine, les personnes originaires du continent africain, des Antilles et de l’océan indien ou bien ayant des ancestralités africaines ont davantage de probabilité d'avoir un groupe sanguin rare ou d’un phénotype dit « d’intérêt ».

Les sangs rares en trois chiffres-clés

> Un groupe sanguin est considéré comme rare lorsqu'il concerne moins de 4 personnes sur 1000.

700 000 personnes possèdent un groupe sanguin rare en France.

200 groupes sanguins rares sont répertoriés en France.

« Pas d'alternative »

Pour soigner efficacement l'ensemble des malades, l’EFS a donc besoin de donneurs de sang de toutes origines.

Une quête qui peut s’avérer problématique du fait de besoins transfusionnels particulièrement importants au sein de certaines populations, notamment en raison de la présence de pathologies comme la drépanocytose, qui touche majoritairement des personnes d’origine africaine ou antillaise.

« Pour les malades présentant des caractéristiques sanguines particulières, il n’existe pas d’alternative, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’autre groupe sanguin compatible pour la transfusion », alerte Jacques Chiaroni, Directeur de l’EFS PACA-Corse.

Lors de la première édition de la semaine de sensibilisation aux sangs rares, en 2021, l’EFS avait touché plusieurs millions de personnes, ce qui lui avait permis d’augmenter les prélèvements de personnes porteuses d’un sang rare.

 

 

Les collectes de sang affectées par la pénurie de carburantModifierSupprimer

title-1666960043.jpg
sam. 5 novembre 2022

C’est un autre effet de la pénurie de carburant qui a sévi en France. Un nombre important de donneurs de sang se sont vus dans l’obligation d’annuler leur rendez-vous, faute de pouvoir se déplacer. En conséquence, les réserves de sang ont rapidement chuté. Hervé Meinrad, directeur de la collecte et de la production à l’EFS (Établissement français du sang) explique que « dans ces moments de baisse de fréquentation, l’EFS ne peut pas compter trop longtemps sur ses réserves car les produits sanguins ont une durée de vie courte. » Elle est limitée à 7 jours pour les plaquettes et 42 jours pour les globules rouges. « Il faut collecter 10 000 dons chaque jour » pour soigner des patients pour lesquels les transfusions sanguines représentent l’unique réponse thérapeutique (accidentés de la route en cas d’hémorragies, patients souffrant de cancers, de maladies génétiques, de leucémies, etc.).

Si la situation sur le front du carburant revient progressivement à la normale, l’EFS espère que la période des congés sera synonyme de temps disponible pour les (futurs) donneurs. Voici les dates des prochaines collectes en Alsace.

Bas-Rhin

■  Haguenau, salle des Corporations : mercredi 2 novembre de 15 h 30 à 19 h 30V

■  Erstein, salle de gymnastique : jeudi 3 novembre de 16 h 30 20 h

■  Bischwiller, la MAC : lundi 7 novembre de 17 h à 20 h

■  Schiltigheim, mairie : jeudi 10 novembre de 16 h 30 à 20 h

■  Fegersheim, centre sportif et culturel : mercredi 16 novembre de 17 h à 20 h

■  Wissembourg, gymnase : mercredi 16 novembre de 15 h à 20 h

■  Brumath, centre culturel : jeudi 17 novembre de 16 h 30 à 20 h

■  Schweighouse-sur-Moder, espace Robert-Kaeufling : jeudi 17 novembre de 17 h à 20 h

OCTOBRE ROSE : un rendez-vous pour le don de sangModifierSupprimer

title-1664824188.jpg
mar. 4 octobre 2022

Alors que plus d’un tiers des transfusions sanguines sont destinées à des personnes atteintes de cancer, l’Établissement français du sang (EFS) « soutient » Octobre rose, la campagne annuelle dédiée à la lutte contre le cancer du sein, et appelle aux dons. Dans un communiqué publié la semaine dernière, l’EFS écrit débuter le mois d’octobre « avec une certaine appréhension », à l’approche des vacances de la Toussaint, et alors que la fréquentation des lieux de dons est « en baisse depuis début septembre », précise-t-il. Plusieurs collectes sont ainsi organisées en Alsace.

Dans le Haut-Rhin, il y a notamment une collecte « événementielle », ce mardi 4 octobre au musée Unterlinden à Colmar (de 10 h à 19 h). L’EFS sera également présente à Bartenheim (espace 2000), le mercredi 5 de 15 h à 19 h 30, et à Lutterbach (salle de la Brasserie), le même jour de 15 h 30 à 19 h 30 ; à Rixheim (salle du Trèfle), le mardi 11 de 15 h 30 à 19 h 30 ; à Guebwiller (salle municipale sg 1860), le vendredi 14 de 15 h 30 à 19 h 30.

Les maisons du don également ouvertes

Huit collectes au moins sont organisées au cours du mois, dans le Bas-Rhin : à Schiltigheim (fondation Vincent-de-Paul), le mercredi 5 octobre de 16 h 30 à 20 h, et à Haguenau (salle des Corporations), le même jour de 15 h 30 à 19 h 30 ; à Rosheim (halle du Marché), le jeudi 6 de 17 h à 20 h ; à Sélestat (salle Sainte-Barbe), le mercredi 12 de 10 h à 13 h et de 16 h 30 à 20 h ; à Saverne (château des Rohan), le jeudi 13 de 16 h 30 à 20 h ; à Reichshoffen (espace Cuirassiers), le lundi 17 de 16 h 30 à 20 h ; à Entzheim (salle de l’Escale), le lundi 24 de 17 h à 20 h ; à Illkirch-Graffenstaden (salle des fêtes Milius), le jeudi 27 de 16 h 30 à 20 h.

Par ailleurs, les maisons du don à Strasbourg (10 rue Spielmann), Colmar (6 rue du Hohnack) et Mulhouse (hôpital du Hasenrain, 87 avenue d’Altkirch) sont ouvertes.

SURFER Renseignements et prises de rendez-vous sur le site internet : www.dondesang.efs.sante.fr

L'UD se montre au VILLAGE DES ASSOCIATIONSModifierSupprimer

20220911_113633.jpg
mar. 13 septembre 2022

Les 10 et 11 septembre 2022 l'équipe de l'UD 67 était de sortie au Parc de la Citadelle à Strasbourg à l'occasion du traditionnel Forum des Associations aujourd'hui appelé le VILLAGE DES ASSOCIATIONS. 

Distribution de gadget, échanges avec les visiteurs et recueil de promesses de dons étaient à l'ordre du jour.

Belle fréquentation sous de beaux rayons de soleils, Stéphanie, Christine, Chantal, Edwige Jean-Claude et Gilbert ont tout fait pour attirer les promeneurs qui, pour cette première après la rentrée étaient bien réceptifs au message diffusé. 

Espérons maintenant qu'on les accueillera bientôt à nos collectes et la boucle sera bouclée ! 

KOCHERSBERG-ACKERLAND : Déjeuner dansant autour d'un Pot au feuModifierSupprimer

SOIREE KOCHERSBERG.png
lun. 15 août 2022

C'est la rentrée des associations : Dans le Kochersberg nos amis de l'Amicale locale organisent un déjeuner dansant autour d'un Pot au Feu.

 

Avis aux amateurs !

Claude ZAPF, Membre Fondateur de l'ADSB de Scherwiller nous quitteModifierSupprimer

claude-adepte-des-voyages-photo-dna-1484760830.jpg
mer. 10 août 2022

Nous venons d'apprendre la disparition de Monsieur Claude ZAPF, Membre Fondateur de l'Amicale de SCHERWILLER-KIENTZVILLE en 1972, Président de l'association de 1984 à 1999.

En remerciement pour son engagement notre Fédération l'a nommé Officier du Mérite du sang le 28.12.1995.

A sa famille, son fils Jean-Marie, actuel Président de l'Amicale, ses amis du Comité local, l'UD 67, et toutes ses amicales, présentent leurs très sincères condoléances.

Don du sang : l'EFS alerte sur un niveau de réserves "historiquement bas"ModifierSupprimer

DON DE SANG.jpg
mer. 29 juin 2022

Don du sang : l'EFS alerte sur un niveau de réserves "historiquement bas" pour la deuxième fois en moins de cinq mois

A l'heure actuelle, le niveau des réserves de sang reste trop faible pour affronter l'été, a annoncé mercredi l'Etablissement français du sang (EFS).

 

Deux alertes à moins de six mois d'intervalle. Pour la deuxième fois de son histoire, l'Etablissement français du sang (EFS) alerte mercredi 29 juin sur un niveau de réserves de sang "historiquement bas" en France avec le lancement d'un "bulletin d'urgence vitale""Une situation critique à la veille des départs en vacances, qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients", écrit l'EFS dans un communiqué.

 

L'établissement prévient que si la situation ne se redresse pas à très court terme, il sera dans l'incapacité de "fournir les hôpitaux et cliniques en produits sanguins au cours de l'été pour soigner les malades". 

 

Plus de 100 000 poches de sang d'ici mi-juillet

 

Dans une situation similaire aux autres pays européens, la France "doit absolument retrouver un niveau de stocks de 110 000 poches de sang d'ici la mi-juillet", poursuit l'EFS, soulignant que le stock est actuellement inférieur à 90 000 poches de sang. Selon l'établissement public, "malgré la mobilisation des donneurs au mois de juin, le niveau des réserves de sang reste trop faible pour affronter l'été". 

 

A travers cette nouvelle alerte, l'EFS, affecté par la crise sanitaire, "demande à l'ensemble des citoyens de se mobiliser massivement dans les 10 prochains jours en prenant rendez-vous pour donner leur sang". Il précise que "compte tenu de la situation critique, l'ensemble des donneurs sera accueilli".

 

Quelque "10 000 dons sont nécessaires chaque jour pour soigner les patients, pour lesquels les transfusions sanguines sont la seule alternative pour être soignés", rappelle l'EFS, appelant à une "solidarité urgente des citoyens". A noter qu'une liste des points de collecte est consultable sur le site dondesang.efs.sante.fr ou sur l'appli Don de sang.

 

SCHILTIGHEIM : Parcours de la vie : les bénévoles et les élus locaux mobilisés pour le don du sangModifierSupprimer

title-1649785970.jpg
mer. 13 avril 2022

Samedi 2 avril, les amicales du don du sang bénévole affiliées à l’Union départementale (UD) organisaient un parcours de la vie autour de Strasbourg pour promouvoir le don du sang.

Le périple de 70 km est parti de Neudorf samedi matin pour contourner Strasbourg par l’ouest en plusieurs étapes dans les villages, avant de rejoindre Schiltigheim en fin d’après-midi.

Le mauvais temps a contraint les organisateurs à annuler certaines animations mais ils ont pu compter sur le groupe de danse Lady’s Gambettes pour assurer l’ambiance.

Le rendez-vous pour l’arrivée était donné à la Briqueterie. Dans cette salle, bénévoles et élus de Schiltigheim, Hoenheim et Souffelweyersheim ont insisté sur l’importance capitale de donner son sang alors que les réserves s’amenuisent. Au début de la crise du Covid, les dons du sang se portaient bien. Mais les donneurs se sont démobilisés ces derniers mois : « Ce qui nous a fait beaucoup de tort, ce sont les contraintes », explique Francis Kennel, président de l’UD.

Remotiver les équipes

L’enjeu de la journée était de remobiliser les bénévoles après deux ans de contraintes sanitaires. Dans cette optique, les organisateurs ont pu compter sur le soutien des municipalités. Pour Maurice Schwartz, président d’honneur de l’UD, « depuis toujours Schiltigheim a été notre refuge ». Dix collectes y sont organisées par an. Le président d’honneur s’est montré très fier d’expliquer qu’on peut compter sur la générosité des Alsaciens, une des régions les plus mobilisées, où « il y a quelque chose de spécial ».

Selon le président de l’Association pour le don de sang bénévole de Schiltigheim, l’avenir ne semble pas assuré pour autant. Jean-Luc Wagner s’est engagé à 19 ans, il en a aujourd’hui 68, et « le jour viendra où, s’il n’y a plus de jeunes donneurs, ce sera dur ». En ce 50e anniversaire de l’association de Schiltigheim, il a appelé les plus jeunes à se mobiliser dans les comités des associations : « Toi aussi donne pour que renaisse la vie ».

Profitez des derniers lots de Roll-UpModifierSupprimer

Capture.GIF
mer. 16 mars 2022

HOENHEIM : Chantal TRENEY mise à l'honneur par la Ville...ModifierSupprimer

20220125_HONORARIAT_TRENEY_LUTZ_6539_DNA-300x213.jpg
mer. 23 février 2022

Lors du dernier conseil municipal de Hoenheim, fin janvier, Chantal Treney, 75 ans, et Jean Lutz, 76 ans, ont été mis à l’honneur et se sont vu remettre le titre d’adjoint honoraire pour l’ensemble de leurs actions et leur engagement en faveur de la commune.

Cheville ouvrière de l’association des donneurs de sang de Hoenheim, Chantal Treney a enchaîné plusieurs mandats au sein du conseil municipal, de 1983 à 1995 et de 2001 au 23 mai 2020. Sous l’impulsion de Jean-Paul Schuh, elle a créé le carnaval des enfants, le feu de la Saint-Jean, le bal du 13 juillet et diverses expositions. Elle a œuvré au sein de l’Office des sports, de la culture, des arts et loisirs et s’est autant impliquée dans le monde de la petite enfance que dans celui des personnes âgées.

Vincent DEBES et l’ensemble de son Conseil Municipal ont tenu à manifester toute leur reconnaissance et leurs plus vifs remerciements à Monsieur Jean LUTZ et Madame Chantal TRENEY pour l’ensemble de leurs actions et de leurs œuvres accomplies au profit de la commune durant toute la période de ses fonctions au service des hœnheimois.
 
Les décrets leur ont été remis lors de la séance du conseil municipal le 31 janvier 2022 au regard à leurs périodes d’engagement. Pour Chantal TRENEY, du 12 mars 1983 au 18 juin 1995 et du 25 mars 2001 au 23 mai 2020 et pour Jean LUTZ, du 25 mars 2001 au 23 mai 2020.

QUI SONT LES DONNEURS ALSACIENS ?ModifierSupprimer

Image1.png
sam. 19 février 2022

 En Alsace, 63 000 personnes font au moins un don par an : 40 000 dans le Bas-Rhin et 23 000 dans le Haut-Rhin, soit respectivement 5,3 % et 5,2 % de la population en âge de donner. Cela fait des deux départements alsaciens de « bons élèves » en matière de don de sang, la moyenne nationale tournant autour de 4 %.

 Dans le Haut-Rhin, le nombre de donneurs est relativement stable. « Il y a des variations de quelques centaines de donneurs d’une année sur l’autre, mais nous sommes toujours autour des 23 000 personnes », indique le Dr Christophe Forny, responsable des prélèvements de sang dans le Haut-Rhin pour l’EFS (Établissement français du sang). Ce qui a baissé, en revanche, c’est le nombre de dons. « Nous avons déjà été autour de 48 000 dons annuels. Aujourd’hui, on compte 46 000 à 47 000 dons par an. En 2021, il y en a eu 45 427, soit 2 % de moins par rapport à 2020. ». Pour le Dr Forny, « c’est paradoxal dans la mesure où davantage de collectes ont été annulées en 2020 qu’en 2021 ». Dans le Bas-Rhin, le nombre de donneurs a, lui, baissé entre 2021 et 2020, avec une « perte de 2 000 personnes », calcule le Dr Eric Hetzel, responsable adjoint des prélèvements de sang dans le Bas-Rhin pour l’EFS.

 Selon le Dr Forny, le Haut-Rhin est le département français où l’on compte le plus d’associations de donneurs bénévoles. Elles sont 181. Dans le Bas-Rhin, il y en a 145.

 Dans le Haut-Rhin, 52 % des donneurs sont des hommes et 48 % des femmes. 50 % des donneurs ont entre 30 et 60 ans, 26 % moins de 30 ans et 24 % plus de 60 ans. Dans le Bas-Rhin, en revanche, 52 % des donneurs sont des femmes et 48 % des hommes. Les 20-24 ans sont ceux qui donnent le plus (16 % des donneurs) et les 65-69 ans ceux qui donnent le moins (3,6 %).

FEDERATION : Le coup de gueule du Président Roger PRAILEModifierSupprimer

Capture FFDSB.GIF
ven. 4 février 2022

Nous recevons à l'instant un mail de notre Président Fédéral concernant un point qui actuellement nous tient à coeur : les dons de sang sur rendez-vous, et plus particulièrement les soucis découlant de la gestion des donneurs sur les collectes.

 

Nous vous en communiquons l'intégralité en demandant à toutes les amicales concernées de faire remonter leur position et les problèmes rencontrés (mail du Président ffdsb : president@dondesangbenevole.fr) et copie à l'UD (mail : lecourrierud67@gmail.com)

 

L'UD rencontre le nouveau Directeur de l'EFS la semaine prochaine de sorte qu'il serait indiqué qu'au préalable son dossier soit fourni d'éléments probants.

 

Merci par avance.

 

De :roger.praile@orange.fr <roger.praile@orange.fr>

À : 'President FFDSB Roger Praile' <president@dondesangbenevole.fr>

Envoyé : vendredi 4 février 2022, 18:54:56 UTC+1

Objet : Situation des stocks et refus des donneurs spontanés

 

A l’attention :  

  • des Présidents : 

o    des Unions Départementales (pour information et diffusion aux associations adhérentes)

o    des Associations Interdépartementales (pour information)

o    des Comités Régionaux  (pour information)

o    des Groupements Nationaux (pour information)

  • des membres du Conseil d’Administration titulaires et suppléants (pour information)
  • des membres honoraires (pour information)

 

 

Bonjour,

 

La situation des stocks de Concentrés de Globules Rouges est toujours préoccupante avec ce jour un décompte à 76 834 unités.

 A l’EFS, au manque de personnel récurent, s’ajoute l’absentéisme pour contamination par Omicron, ce qui fragilise les collectes.

 Afin de tenter une « remontada » des prélèvements, l’EFS va, ce dimanche, publier un « énième » communiqué de presse.

 Ce matin j’ai participé à une visio d’urgence avec le service communication de l’EFS siège.

 J’ai réaffirmé que la FFDSB et ses structures ne relâcheront pas leurs efforts dans la promotion du don. Mais j’ai surtout poussé un « gros coup de gueule » dans la gestion des donneurs sur les collectes.

 J’ai dit :

  • Qu’il était inadmissible que les donneurs spontanés ne soient pas prélevés alors que nous avons besoin de dons,
  • Qu’il serait temps de faire comprendre aux directeurs régionaux de l’EFS, que leur « job » est de viser l’excellence en quantité de dons, et donc d’exiger de leurs personnels de collecte une acceptation de tous les donneurs.

Mon coup de gueule ayant été relayé auprès des Directeurs Régionaux, ces derniers demandent instamment d’être tenus au courant de tous les problèmes rencontrés sur les collectes, et plus particulièrement les refus des donneurs spontanés.

 

Je propose donc à chaque dirigeante et dirigeant des associations pour le don de sang bénévole qui se voit refuser des donneurs spontanés et/ou rencontre d’autres problèmes, d’adresser un courriel de protestation à leur Directeur Régional de l’EFS, sans oublier de me mettre en copie   (president@dondesangbenevole.fr).Vous pouvez également manifester votre mécontentement pour des collectes antérieures, sans remonter plus loin que le 1er janvier 2022.

Vos copies de méls, que j’espère nombreuses, prouveront que je n’ai pas poussé un coup de gueule à mauvais escient.

Même si je sais que le moral n’est pas forcément au « beau fixe » je compte sur votre engagement pour qu’ensemble nous réussissions, aux côtés de l’EFS, cette « remontada ».

Bien cordialement.

 

Roger PRAILE

Président Fédéral

L'adsb de Benfeld et Environs pleure son Président HonoraireModifierSupprimer

Alfred KALK^J Président Honoraire de l’Amicale de.jpg
sam. 26 juin 2021

Notre Ami, Alfred KALCK, né le 14 décembre 1939 à Oberschaeffolsheim, a rejoint notre mouvement en 1981.

C'est le Comité de Benfeld et Environs qui l'a accueilli en 1983 et lui a confié la présidence dès 1997.

 

La Fédération lui a décerné le croix d'Officier du mérite du Sang le 1er janvier 2008.

Alfred a accueilli plusieurs Relais de la vie, ainsi que le Congrès de l'UD 67.

Nous le remercions de nous avoir soutenu tout au long de ces années.

Jean-Claude SCHMITT nous a quittés..ModifierSupprimer

DC SCHMITT JC.gif
ven. 12 mars 2021

C'est très attristés que nous apprenons la disparition soudaine de notre Ami Jean-Claude, Président de l'Amicale de Wissembourg.

Toujours disponible pour défendre et développer le don de sang, toujours souriant, Jean-Claude va nous manquer lors de nos réunions.

Nous garderons de lui le souvenir d'un homme juste au service de son prochain.

Le Président, les membres du Bureau et du Conseil d'Administration de l'UD 67.

Armand GRAFF, Président d'Honneur de l'ADSB D'ERSTEIN, nous a quittés...ModifierSupprimer

décès M. GRAFF.gif
lun. 8 mars 2021

Le Comité de l'Association pour le Don de Sang Bénévole d'Erstein

a appris avec tristesse le décès de

                                                Monsieur Armand Graff

                                    Membre de l'association de 1990 à 2020

                                                Président de 1998 à 2012

Par son souci de la promotion du don de sang bénévole et de ses valeurs éthiques

( gratuité, anonymat , non-profit et bénévolat) , M.Graff a contribué à sauver des vies.

L'ensemble du comité et les membres de l'Association présentent à la famille éprouvée

leurs plus sincères condoléances et rendent un dernier hommage à leur défunt président.

EFS : situation maîtrisée en 2020, « petite inquiétude » en 2021ModifierSupprimer

title-1611576064.jpg
mar. 26 janvier 2021

Pour juger de la situation des dons de sang, « il faut voir à une échelle régionale et nationale. Notre vision est de toujours assurer un niveau de stock pour assurer dix jours de distribution. Les collectes sont organisées pour tendre vers cet objectif », rappelle Christophe Forny, le responsable des prélèvements du Haut-Rhin à l’EFS (Établissement français du sang) Grand Est.

Or, en 2020, « les circonstances sanitaires n’ont pas facilité l’organisation des collectes, en particulier dans le Haut-Rhin », poursuit le médecin. Une centaine a été annulée dans le département (687, contre environ 780 prévues), entre mars et décembre. Une dizaine dans les communes, l’essentiel dans les lycées, les universités, les entreprises, etc. « Nous avons dû réagir. En proposant à certaines amicales d’ajouter des collectes. » Et en « augmentant considérablement l’accueil des maisons du don de Colmar et Mulhouse ». Ce qui a permis de « maîtriser la situation », avec une collecte de 41 620 poches en 2020, soit environ mille poches de moins qu’en 2019. Christophe Forny nuance : « Les hôpitaux ont aussi réduit leurs activités. Ça a permis d’assurer l’approvisionnement, mais la situation reste tendue. »

Le responsable des prélèvements fait part d’une « petite inquiétude » pour ce qui concerne le début 2021, « qui commence doucement, avec 15 % et 20 % de donneurs en moins ». Comme si, « à l’heure actuelle, il y avait un malentendu sur le couvre-feu », note Christophe Forny, qui insiste : « Les dons de sang sont maintenus et sont une condition dérogatoire » pour se déplacer après 18 h et le début du couvre-feu.

Source DNA 25/01/2021

DU CHANGEMENT A L'UD...ModifierSupprimer

Capture.GIF
jeu. 26 novembre 2020

Lors du Conseil d'Administration qui s'est tenu par audioconférence le 24 novembre 2020, les administrateurs de l'UD 67 ont élu leur nouveau Président.

A la quasi-unanimité le vote réalisé la veille par courrier c'est Joël STEINMETZ, Président de l'Amicale de Marckolsheim, Administrateur de l'UD, qui s'est vu confier la tâche de diriger notre mouvement au niveau départemental.

 

Un grand bravo à lui, et surtout MERCI de s'être engagé pour être à côté de nos associations pour les années à venir.

(voir également le Flash-Infos numéro 90)

 

 

Marius SCHWARTZ Administrateur de l'UD 67 nous a quittés.ModifierSupprimer

schwartz-marius-0.jpg
ven. 15 mai 2020

Notre Ami, Marius SCHWARTZ, Administrateur de l'Amicale de Schiltigheim, Membre du Conseil d'Administration de l'UD 67, après une longue et pénible bataille contre la maladie, nous a quitté ce matin 15 mai 2020.

Une triste nouvelle qui va secouer notre mouvement, tellement il était proche de chacun d'entre-nous, joyeux et toujours de bonne humeur.

 

Nos pensées vont à son épouse et à sa famille.

 

Merci Marius de nous avoir permis de faire un bout de chemin ensemble au service de la Transfusion Sanguine.