Chargement en cours

L’EFS fait appel à des chefs étoilés pour mettre l'eau à la bouche des donneurs

Retour
590x378_buffet-etoile-collecte-sang-nantes.jpg
sam. 27 avril 2019
  • Au sein de l'UD67 et de ses amicales il est actuellement beaucoup question de coût de collation... un sujet qui à la veille du congrès départemental commence à énerver...
  • Alors que "l'Economie" est le maître-mot dans toutes les réunions, des informations déroutantes circulent et sur les réseaux sociaux, et dans la presse locale : les grands chefs sont sollicités pour aider, au travers de repas quasiment gastronomiques, à la promotion du don de sang.
  • Il y a donc une question qui commence à occuper nos esprits : ces grands chefs interviennent-ils pour 3 ou 4 euros ?
  • on peut y rajouter les trophées de Meisenthal, la suppression des minibus de plasma et quelques autres points qu'on pourrait appeler aberrations mais que pour des raisons évidentes nous n'allons pas ébruiter ici...Voici un article paru du coté de Nantes...
  • Un événement organisé par l’EFS, vendredi à Nantes, a suscité un gros engouement.
  • La collation proposée après le prélèvement a été confectionnée par des chefs de renom.

    « J’ai beaucoup aimé la texture du macaron, et le tartare de poisson était vraiment fabuleux ». Non, non, nous ne sommes pas devant le dernier épisode de Top Chef, mais bien à une… collecte de sang. Vendredi, de 11h à 16h à Nantes, l’EFS organisait une opération intitulée « don gastronome ». L’événement, qui se tenait à Stereolux, avait mis les petits plats dans les grands grâce à la participation de cinq chefs de renom, dont deux étoilés. Objectif :  attirer de nouveaux donneurs à l’aide d’une collation haut de gamme. Et c’est vrai que ce petit crémeux framboise nous fait plus envie qu’une barre de céréales ou compote industrielle, généralement offerts après le prélèvement.

    Tandis que les poches de sang se remplissent, les assiettes en plastique, elles, repartent vides. La tartelette végétale, petits pois et copeaux de légumes du potager du chef étoilé Jean-Yves Guého, tout comme les chocolats de Vincent Guerlais, font l’unanimité, d’autant qu’il n’y en a pas eu pour tout le monde. « En 48h, l’événement affichait complet avec 200 personnes inscrites, se félicite Anne-Elodie Fuzeau, responsable du pôle développement des dons à l’EFS. On n’avait jamais vu un tel engouement. En plus, 22 % des personnes prélevées sont des nouveaux donneurs. » « Ça me trottait depuis un moment dans la tête mais les piqûres, ce n’est pas mon truc, reconnaît Gérald, 34 ans, qui déguste une verrine topinambours- maquereau. J’ai trouvé une bonne occasion pour sauter le pas. »

    Recruter des donneurs

    Avec un fichier de plus de 40.000 personnes, et une dizaine de collectes hebdomadaires à Nantes, l’EFS de Loire-Atlantique a bel et bien toujours besoin de nouveaux donneurs. « Chaque semaine, environ 1.230 dons de sang sont nécessaires dans le département, rappelle Anne-Elodie Fuzeau. Mais chaque semaine, des donneurs sortent de nos listes car ils ont dépassé l’âge limite, ou présentent des contre-indications. » D’où la nécessite de ces opérations de « recrutement », le plus souvent axée vers les jeunes. « Nous avons aussi lancé les collectes 100 % campus l’année dernière au Tertre, indique Anne-Elodie Fuzeau. On a explosé les scores, avec une centaine de nouveaux donneurs. »

source 20 minutes

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation notamment l’utilisation de cookies afin d'améliorer la qualité de vos visites et réaliser des statistiques.
Mentions légales / Politique de confidentialitéX